BILAN 2 MOIS PVT

Ca fait un petit moment que je n’ai pas écris mais on va dire que la routine a fait que je n’avais pas grand chose à raconter. Un premier bilan s’impose et il est clairement en demi-teinte. J’aime bien ma vie ici au Japon mais les problèmes de travail pour le mois de février commence à me faire sentir un peu moins bien. Je commence mon travail en tant que guide touristique qu’au mois de Mars et forcément, j’ai besoin de travailler pour avoir de l’argent d’ici là. Seulement et c’est là que les ennuis commencent… Peu d’offres vraiment sérieuses ou alors sous payées (le minimum étant à 930 Yens de l’heure, soit 7,45€ environ, il y en a qui paient 840 Yens, soit environ 6,73 €) mais quand on n’a pas le choix, on prend ce qui vient bien entendu. Et quand ce n’est pas le salaire qui pose problème en soi, c’est la date à laquelle on reçoit ce fameux salaire. Il faut savoir qu’au Japon, nous ne sommes pas payés à la fin du mois comme en France (dans la plupart des cas) mais on est payé le 25 du mois suivant. Donc en gros, si je travaille le mois de février, je vais toucher mon salaire le 25 du mois de Mars, et autant dire que ça pose problème de bosser 1 mois et demi « dans le vent ». Et le loyer se paie avant le 25 du mois, pas de problème mais assez galère finalement.

Je ferais un gros dossier sur le travail quand j’aurais réussi à en trouver un vrai. Parce que bon, travailler par ci par là pour Uber Eat qui promet que l’on va gagner entre 10 000 Yens et 20 000 Yens (entre 80 et 120 € environ), c’est du gros foutage de gueule. Et surtout, je perds mon temps tous les soirs pour avoir à peine 2 ou 3 courses qui ne me rapportent pas grand chose. Inutile d’y faire en journée, il n’y a pas de commande de nourriture. Enfin voilà, trouver du travail au Japon, ce n’est pas vraiment pas une partie de plaisir. Quand je regarde un peu les témoignages sur divers blogs, comme le mien, pour eux ça a été très facile donc ça blase un peu à vrai dire. Je perds pas espoir bien sûr mais du coup j’ai hâte que cette mauvaise période passe pour commencer à guider des clients dans les rues de Kyôto. De plus, j’ai eu un entretien ce matin pour faire femme de chambre dans un hôtel, j’espère que ça va fonctionner mais oui donc le problème, c’est que je ne suis payée que le 25 du mois d’après.

J’espère juste avoir les ressources nécessaires pour de nouveau aller plusieurs fois à Kyôto afin de refaire le chemin que l’on a fait pendant la première journée de formation, pas plus tard qu’hier. Afin de bien me familiariser avec le parcours et d’être vraiment opérationnelle début mars quand il y aura des clients. J’ai déjà deux missions sur le mois d’Avril, et ça ne fait que commencer à arriver. Demain, j’ai une journée de travail sur Arashiyama (fait parti de Kyôto, et un lieu que je dois connaitre) donc ça me fait une sorte d’occasion en plus de visiter Kyôto mais il faut vraiment que je puisse refaire au moins deux fois le parcours que l’on a fait lors de la 1ère journée de formation (on va en avoir une seconde début février).

C’est court mais vous l’aurez compris, mon problème majeur et qui fait que ce bilan de PVT est en demi teinte, ce sont les finances. J’ai même du annuler une partie des voyages que je voulais faire, faute d’avoir les finances pour cela (évitons d’aller taper dans les économies françaises si possible) car je dois absolument travailler. A vrai dire, je ne pensais pas que ça allait être si dur. C’est dur dans le sens que c’est un système social complètement différent de la France et forcément, j’ai un peu de mal à m’y faire. Bien sûr, ça ne fait que 2 mois que je suis là, donc peut-être qu’il faut du temps pour pouvoir bien s’y adapter. Ici, c’est vraiment tout à fait normal d’être payé que 1 mois et demi plus tard. Et pas d’acompte possible, ça n’existe pas ici.