DEMARCHES ADMINISTRATIVES ACTE 2

Haha, le casse-tête de l’administratif n’est pas fini ! Enfin, presque. Après avoir reçu un superbe courrier de la part du pôle Assurance de la mairie dont je n’ai absolument rien compris (tout en japonais bien sûr), et surtout avec des montants bizarres (de ce que certains français m’ont dit sur les groupes facebook, eux mêmes ne comprennent pas le calcul à la japonaise des cotisations – ça promet !), je décide d’y aller aujourd’hui afin d’en savoir un peu plus. Et là ho surprise ! Je trouve quelqu’un qui peut m’expliquer les choses en anglais grâce à l’ami de toujours « Translate google » ! 

La dame m’explique qu’en fait, je vais recevoir ma carte d’assurance maladie. Wha super, je venais pour me faire expliquer les papiers et il se trouve qu’en fait, c’était aussi pour me dire que j’avais reçu ma carte. D’une pierre deux coups. Donc, je monte au 6ème étage pour aller chercher tout ce qu’il faut. Et au combien, je fus surprise lorsqu’en fait j’ai vu que je n’allais pas payer si cher que ça en assurance maladie. Je commençais à me dire car sur le premier papier, c’était marqué l’équivalent de 200 € mais je ne comprenais absolument pas si c’était sur l’année, par trimestre. Et il s’est trouvé que finalement, j’allais payé bien moins que cela. Pour l’instant, j’ai payé l’équivalent de 60 € pour 4 mois ; en gros, faut payer pour décembre, janvier, février et mars puis ensuite avril et mai c’est gratuit et on re-paie à partir de juin. Ne me demandez pas pourquoi, ceci restera le mystère japonais de l’assurance maladie. 

Je ressors une bonne heure plus tard (le temps d’attendre, tout ça, tout ça puis à la base, je voulais aller à la mairie à pied sauf que le gps du téléphone il a fait n’importe quoi…) et cette fois-ci, je dois régler un autre problème aussi important. L’accès internet pour mon compte en banque. Non seulement, je devais recevoir une carte appelée « Security code card » que je dois utiliser pour me connecter (et que je n’ai pas reçu), et en plus de ça, j’ai toujours un message d’erreur « Malware attack warning ». Charmant n’est-ce pas… Enfin, comme je n’ai pas réussi à me connecter malgré le petit guide d’aide, j’ai du appeler le service Shinsei Bank pour de l’aide. Heureusement que le numéro est gratuit car comme à la base, je n’ai pas besoin de passer des appels, bah je n’ai pas pris un forfait pour passer des appels. J’avais besoin uniquement d’internet, à la base. Enfin ne cherchez pas à comprendre, c’est le Japon. 

Donc, bref, je les appelle, passe plus de 10 minutes au téléphone avec une très gentille dame parlant anglais et là, elle me dit que je dois avoir cette carte de code de sécurité. Si je l’avais su avant, je n’aurais pas essayé plusieurs fois de me connecter à mon compte en ligne. Je n’ai donc plus qu’à attendre de recevoir ça de la banque ainsi que le fameux « My number » (en gros c’est un système d’identification que chaque personne, qu’elle soit japonaise ou non, possède sous forme de carte. Il y a toutes les données personnelles, fiscales de quelqu’un dessus et c’est censé faciliter toutes les démarches administratives que quelqu’un a à faire) et en plus de tout ça, j’attends toujours ma Line Pay Card… Une carte de paiement où je dépose de l’argent dessus pour pouvoir payer mon abonnement internet. 

Au Japon, il y a des cartes pour tout… C’est pire que les cartes de fidélité. Enfin voilà, vous aurez compris qu’en fait ici, vous pensez qu’au niveau papiers administratifs, vous allez vous en sortir en 1 semaine… MAIS NON PAS DU TOUT ! Avec un peu de chance, ce sera plié d’ici la fin du mois. 

Vive l’administration Japonaise !