OKINAWA, PETITE ILE AU NOM PARADISIAQUE

Okinawa, ce nom ferait rêver n’est-ce pas ? C’est ce que je me suis dis quand j’avais réservé mon billet d’avion quelques mois auparavant et après quelques recherches sur internet. Et bien… en fait, ce n’est pas du tout paradisiaque comme on pourrait le croire ! Béton, béton, nous y voilà ! Okinawa est en fait une ancienne base stratégique américaine très importante. Bien sûr, l’île est encore sous forte présence militaire puisque dès que nous atterrissons à l’aéroport de Naha, en allant se garer à l’endroit prévu, on passe d’abord par la base militaire. Sur le tarmac de l’aéroport de Naha, se croisent avions militaires et avions civils. On plante déjà le décor. Après avoir atterri, j’ai pris le monorail pour me rendre jusque dans le centre et trouver mon logement. Sachez que l’aéroport est à seulement 20 minutes du centre ville ! Et pourtant, je n’ai pas entendu un seul avion. Ma guest-house, en fait, se trouvait dans une rue assez commerçante, et donc fréquentée, que l’on appelle Kokusai Dori (street), qui se mélange avec une autre rue qui s’appelle Heiwa Dori et un marché du nom de Makishi. Plus dans le centre, on ne peut pas. Cette fameuse Kokusai street/dori est longue sur 1.2 km environ et ne comporte que des restaurants et des magasins de souvenirs avec quelques palmiers pour le côté « paradisiaque, exotique » de la chose. Mais en fait, j’ai trouvé ça pas si beau que ça.

Okinawa, c’est une longue île également ! Par exemple, pour se rendre à l’aquarium qui se trouve au nord, il faut prendre le bus. Et ça coûte cher au bout d’un moment, car il faut bien 2h30 à 3h environ de trajet pour pouvoir y accéder. Et n’ayant pas forcément le budget pour mais je me suis rendue compte trop tard que ça allait me coûter super cher, j’ai perdu ma première journée dans les transports pour pas grand chose et j’ai dépensé environ 35 € sans jamais voir l’aquarium qui était encore loin. Si j’avais traduis mon permis de conduire, sans doute j’aurais loué une voiture car c’est le plus simple à Okinawa. Louer une voiture, primordial même si l’on veut pouvoir bouger aisément sans trop se ruiner ! Bon la guest-house était bof en terme de confort. Je sais que j’ai le chic pour toujours trouver des logements pas géniaux mais bon petit budget oblige ! Par contre, les personnes qui y étaient, super sympas ! J’ai même rencontré une personne d’origine coréenne qui parlait français. Et par contre, ça y allait le saké toute la soirée…

Ma seconde journée a été beaucoup plus sympa, j’avais pris une excursion en bus donc je me suis retrouvée avec d’autres personnes bien sûr. On a visité un château de couleur rouge ! Je n’ai pas toute l’histoire d’Okinawa en tête mais ça fait partie de ce qu’on appelle le Royaume des Ryukyus et leur savoir-faire à eux, c’était la soufflerie de verre ainsi que la poterie. Aujourd’hui encore, il reste un seul village où l’on souffle encore le verre et la verrerie d’Okinawa est très réputée au Japon. La seconde « chose » la plus connue de cette île, ce sont les Shisas. Ce sont des gardiens de temples, château en forme de chiens lions. Puis après avoir visité ces deux sites, nous avons été à un endroit pour avoir une superbe vue sur l’océan Pacifique. C’était super sympa et de se dire que c’est la plus grande étendue d’eau qu’il y a sur la planète, c’est assez Waouh. On a également visité une grotte souterraine. Très sympa mais il y en a des bien plus jolies en France ! Et nous avons fini notre journée dans un shopping mall (centre commercial à ciel ouvert). C’était inutile pour ma part puisque je n’avais pas d’argent à dépenser pour des vêtements. En rentrant, j’ai acheté un fruit du dragon car c’est typique de l’île et c’est super bon en fait ! J’ai également bien parlé avec un jeune homme venant de Hong Kong, pendant la journée et j’ai été stupéfaite d’apprendre qu’il y a autant de répression à Hong Kong qu’à Pékin. En fait, comme c’est le gouvernement de la Chine qui régit même cette région, je ne m’étais pas doutée un seul instant que la vie pouvait y être très difficile. On n’entend pas beaucoup de choses dans nos médias alors forcément, je n’étais pas au courant de quoi que ce soit.

Et mon dernier jour bah finalement, je n’ai pas fais grand chose. A l’heure où je suis partie de la guest-house, j’ai raté de peu la seule ligne de métro qui va jusqu’à American Village. Mais là encore, les tarifs ne sont pas bien indiqués sur internet et google maps, alors ne voulant pas risquer de dépenser encore de l’argent en transport inutilement, j’ai remonté un peu la kokusai dori et j’ai fini par retourner à l’aéroport. Ha oui, beaucoup d’orchidées à l’aéroport, c’était cool ça.

Je dois dire que c’était un voyage quelque peu décevant ; de bonnes rencontres et découvertes culinaires mais par un budget limité, je n’ai pas pu explorer comme je l’aurais voulu. Je me dis limite que j’aurais mieux fais d’aller à Shirahama, qui est une station balnéaire à 100 km environ, au sud d’Osaka. Je n’ai fais que des voyages décevants pour le moment… juste Hiroshima où j’en garderais un souvenir fort mais c’est sûr que quand on a un budget limité, on est du coup limité pour bien profiter. Ce n’est pas grave, je compte bien exploiter au maximum mon expérience de Woofing !