HIROSHIMA & MIYAJIMA

Cela faisait un petit moment que je n’avais rien écrit mais que voulez-vous, la routine c’est la routine ! Et mercredi ainsi que jeudi, j’ai décidé d’aller faire une petite virée à Hiroshima et Miyajima qui se trouve un peu plus dans le sud. J’ai pris le bus parce que ça coûte beaucoup moins cher que le train ou l’avion, même si cela m’a pris environ 5h45 pour arriver sur place (en comptant les arrêts que l’on a effectué). Voyager en bus c’est cool, c’est une autre manière de voir du paysage.

Hiroshima ; qui n’a pas déjà entendu ce nom ? Ville qui s’est faite en grosse partie soufflée par une bombe atomique le 6 août 1945 pendant la 2nde guerre mondiale, en représailles à Pearl Harbor que les japonais avaient bombardé et parce que l’empereur ne voulait pas abdiquer. Les Etats Unis ont utilisé ce prétexte afin de mettre fin à la GM II le plus rapidement possible. On surnomme à présent Hiroshima, la ville de la paix parce que la ville s’est reconstruite tout autour d’un parc qui est appelé le Parc du mémorial de la paix. Assez grand, ce parc abrite plusieurs monuments dédiés à la paix. Il y a en premier lieu une partie du dôme qui est resté debout après la bombe. C’est très symbolique comme lieu ; il y a ensuite un mémorial pour les enfants, un mini musée dédié à la mémoire des victimes, plusieurs mémoriaux pour la paix et un musée national pour la paix.

Je n’ai pas pris beaucoup de photos dans le musée parce que non seulement, il y avait beaucoup de monde mais en plus de cela, c’était trop fort pour prendre des photos. A un moment, il y avait des dessins, sans doute d’enfants survivants, qui montraient toute l’atrocité de ce qu’ils ont vécu : les visages et corps en feu, les tas de cadavres dans la rivière ou encore un professeur qui s’est mis sur ses élèves pour les protéger le plus possible, même si cela a été en vain… Ce jour là, entre toutes les victimes, une école a perdu à elle seule, toute sa population, soit 500 élèves environ. Et les gens lorsqu’ils ont vu de la pluie, croyaient que c’était de la vraie eau alors que cette « pluie » qui était noire était en fait une pluie de radiation… Je n’ai pas de mots pour exprimer toutes les images que j’ai vu, les témoignages de survivants. C’était trop fort et tout ce que l’on peut espérer, c’est que plus jamais, une bombe atomique ne soit utilisée dans le monde.

Vu que mon bus est arrivé à 14h, je suis restée quasiment toute l’après midi là bas dans le complexe puis je suis allée à Okonomimura pour manger. La spécialité d’Hiroshima étant l’okonomiyaki (espèce de crêpe avec pleins de légumes, du porc et celles d’Hiroshima, des nouilles) et les huîtres (mais je n’aime pas ça), je suis donc allée goûter à la spécialité numéro 1. J’avais un petit à priori n’ayant pas mangé de très bonnes sur Osaka. Et bien finalement, ce fut super top ! Et pas trop cher par rapport à la quantité. Bien sûr, ils en font avec toutes sortes d’ingrédients, personnellement, je me suis contentée de la version régulière. Nan parce qu’avec des huîtres en option, pas vraiment ma tasse de thé. Puis ma journée s’est finie à la guest-house que j’avais réservé. J’ai dormi dans un dortoir, j’ai eu finalement deux colocs mais ce n’était pas génial puisque j’avais de nouveau oublié mes bouchons d’oreille et qu’en plus, le petit rideau pour avoir son intimité laissait quand même paraître la lampe de lit de la coloc juste en face.

Et du coup, le lendemain, je me suis levée assez tôt et je suis partie pour Miyajima. C’est une toute petite île qui est à 10 minutes en Ferry d’Hiroshima. Elle est très connue dans les guides papier car il y a un célèbre Toorii (porte vermillon signifiant l’entrée d’un sanctuaire shintoïste) sur la mer. L’eau étant à marée basse à ce moment là, le sanctuaire qui est sur pilotis faisait pas belle allure. A Miyajima, il y a une spécialité culinaire autre que les huîtres ou fruits de mer en général, ce sont les Momiji Manju. Des chiffons cake avec généralement de la pâte d’haricot rouge à l’intérieur. Il peut y en avoir au chocolat, à la crème également. Momiji c’est en fait le terme japonais pour désigner les érables du Japon. On fait également des beignets de feuilles d’érables à l’automne, très appréciés des locaux et touristes. Avec le sanctuaire, il y a aussi le Mont Mizen où l’on peut y accéder par un téléphérique. Je n’avais pas d’argent à consacrer pour monter là haut (quasi 18 € l’aller retour pour y monter) où l’on peut voir la plus grande spatule à riz en bois. Ca aussi c’est très typique de Miyajima. Enfin, sur cette île, il y aussi le jardin Momijidani qui est jardin entièrement composé d’érables du Japon et il y a aussi un aquarium (qui était cher aussi). En revenant de Miyajima, puisque j’avais encore du temps à tuer avant de prendre le bus de retour, j’ai visité un célèbre jardin datant de l’époque Edo (entre 1600 et 1868). Magnifique jardin, il y avait également pleins de carpes Koi.

On vient à Miyajima, surtout pour profiter de la vue sur la mer, de ce fameux Toorii, des érables à l’automne et de sa ville qui reflète vraiment le côté traditionnel du Japon. Y passer une demi-journée est largement suffisant, d’ailleurs on combine Hiroshima et Miyajima en une journée parce que c’est ce qu’il faut pour apprécier les deux sites. Désolée d’avance, la plupart de mes photos sont assez sombres. Sans le vouloir, j’ai changé la luminosité de l’appareil et je m’en suis rendue compte que trop tard…

Parc du Mémorial et ses différentes installations (dôme ; mémorial des enfants, musée etc) :

Jardin Shukkei-en :

Miyajima :