LA SOCIETE NIPPONE

Je suis de retour comme qui dirait^^ En fait, mon quotidien c’est : boulot, métro, dodo et rien de plus en ce moment alors je n’avais pas grand chose à raconter. Mais à force d’en parler avec mes clients, je me suis dis que ce ne serait pas bête d’aborder le sujet de la société japonaise dans laquelle j’évolue à mon rythme. Je suis désolée si je parle beaucoup des défauts de cette société, bizarrement, on voit plus cela que les bons côtés. Mais voilà mon petit exposé :

  • Si, la première chose positive c’est que c’est le pays où l’on se sent le plus en sécurité, au monde. Il y a très peu de délinquance, très peu de crimes ou autres faits divers et beaucoup de postes de police de proximité, un peu de partout. Les gens sont tellement respectueux les uns, les autres que même si l’on oublie quelque chose dans un restaurant, on va le retrouver plus tard. De plus, une femme seule peut largement se promener même tard le soir, il n’y aura personne pour l’embêter.
  • Sur consommation OK mais finalement, c’est bien que les magasins et sites touristiques soient également ouverts le dimanche. Au moins, on ne s’ennuie jamais !
  • Personne ne juge ou ne critique personne ! C’est peut-être une forme d’hypocrisie mais ça fait du bien. Personne ne se plaint ; pas comme nous autres français par exemple.
  • Le nouvel Empereur va instaurer 10 jours de congés payés en plus pour les japonais (ils en ont que 18 à l’heure actuelle) – Désolée, je trouve ça positif, disons que ça montre un bond en avant pour le bien être du peuple

J’avoue n’avoir trouvé pour l’instant que ces trois grands points positifs si je puis dire. Je rajouterais si j’en trouve d’autres, mais maintenant dépeignons un peu les mauvais côté de cette société si particulière.

  • Les animaux et la société japonaise ne vont pas bien ensemble. Chez les nippons, les animaux, c’est comme une mode. Quand on est dans la mode tout va bien, on veut un animal, on le chouchoute, on l’habille, on le promène dans une poussette — et quand on n’en veut plus, on l’abandonne comme un vulgaire objet. Il y a beaucoup plus d’abandons que chez nous en France et très peu d’associations pour la protection de nos amis à quatre pattes. Pareil quand il y a un zoo qui ferme, les animaux sont souvent laissés à leur triste sort sans qu’un autre zoo ne puisse les accueillir..
  • Le rapport avec les étrangers : en gros, nombre de japonais sont un peu réticents à parler avec les étrangers ou même à s’en approcher tout simplement. J’ai l’exemple quasi tous les jours quand je prends le train pour me rendre à Kyoto pour le travail. Je vais m’asseoir à une place et s’il reste une seule place à côté de moi, personne ne veut la prendre ou alors la personne s’assit au bord du siège puis attend qu’il y ait de la place ailleurs pour s’en aller. C’est assez pénible mais je m’y fais à force.
  • Trop soumis à la hiérarchie : je n’ai pas ce problème mais les japonais, eux, oui. Pour plaire à leur patron, les japonais n’hésitent pas à venir au moins 30 minutes avant l’heure du travail puis repartent toujours très tard pour bien se faire voir. Ou alors, si le patron propose d’aller boire un verre, si quelqu’un refuse, généralement, il est rétrogradé ou totalement écarté du cercle « amical/travail ». Alors personne ne dit jamais non, quitte à faire passer sa vie de famille après.
  • Eviter de devoir aller à l’hôpital ou chez le médecin, c’est bien aussi. Parce qu’il faut savoir que le système de sécurité sociale ne couvre qu’à 70 % et qu’il faut donc payer de sa poche les 30 % restants… et le coût est généralement assez élevé. Je sais que dans d’autres pays c’est encore pire mais là c’est le Japon dont il est question.
  • Les gens ne parlent pas encore assez anglais et parfois n’ont même pas envie de faire des efforts. Les japonais sont très conservateurs, nationalistes. Je comprends, c’est bien de vouloir essayer de garder son identité, de ne pas vouloir trop de touristes mais malheureusement, à l’heure actuelle, avec la coupe du monde de rugby cette année et les JO l’année prochaine, ils vont être obligés de se mettent un peu plus à l’anglais…
  • La pression générée sur les étudiants de manière générale. Je n’ai jamais vu ça ! Normalement, les semaines types de cours c’est du lundi au samedi matin et dimanche de repos. Sauf que quand je travaille le dimanche, je vois parfois des étudiants en sortie scolaire. Quand est-ce qu’ils se reposent pour pouvoir suivre le rythme ! Il y a beaucoup trop de pression sur les jeunes afin qu’ils réussissent leurs études et ainsi qu’ils puissent espérer avoir un bon travail et surtout un bon salaire.
  • Société japonaise = trop axée sur la réussite et l’argent
  • Il n’y a pas de place pour l’imprévu ; tout est millimétré même les photos et cérémonies de mariage traditionnelles.

Il y en a certainement d’autres mais là, je n’ai plus tout en tête et je dois avouer que je ne connais pas encore beaucoup de choses. Après tout, cela fait seulement 5 mois que je suis ici et il n’y a pas non plus beaucoup de livres qui parlent de la société japonaise en générale.